Delphine Jubillar : ou en est l’enquete, un mois apres la disparition de cette infirmiere au Tarn ?

Cette maman de famille de 33 ans a disparu dans la nuit du 15 au 16 decembre a Cagnac-les-Mines, une cite miniere de pres de 3 000 habitants.

Si la piste criminelle reste privilegiee, des gendarmes verifient actuellement maints points.

La maison du couple Jubillar a Cagnac-les-Mines (Tarn), le 26 decembre 2020. (MAXPPP)

Un message qui souleve de multiples questions. Sur 1 groupe Facebook auquel appartient Delphine Jubillar, une telle infirmiere de 33 ans portee disparue depuis 1 mois, un message fut publie mercredi 13 janvier avec le compte une jeune femme, avant d’etre supprime dans la foulee, a appris franceinfo vendredi 15 janvier, confirmant une information de BFMTV. « J’espere que des enqueteurs vont Realiser la lumiere sur ce nouveau mystere qui est tout a la fois porteur d’espoir et d’inquietude », a reagi maitre Philippe Pressecq, qui represente des proches en Tarnaise.

Depuis sa disparition dans la nuit du 15 au 16 decembre a Cagnac-les-Mines, cite miniere de pres de 3 000 habitants, beaucoup de pistes ont ete explorees Afin de lever le voile concernant cette affaire ainsi que multiples fouilles et perquisitions ont ete menees. Neanmoins, le mystere reste entier.

Initialement ouvertes Afin de « disparition inquietante » par le parquet d’Albi, les investigations seront desormais entre les mains de deux juges d’instruction toulousains, qui dirigent une information judiciaire pour « arrestation, enlevement, detention ou sequestration ». Ou en est Actuellement l’enquete ? Franceinfo fera le point.

Quel reste ce mysterieux message Facebook ?

Cela s’agit d’un message vide, publie mercredi 13 janvier, sur votre groupe Facebook dont faisait part la jeune cherie. Il a tres rapidement ete supprime. L’une des cousines en trentenaire a eu le temps de le remarquer et en a fait une capture d’ecran. Elle a aussitot prevenu la section de recherches d’une gendarmerie de Toulouse chargee de l’enquete.

Concernant le moment, il va i?tre trop tot pour dire qui a publie ce message et rien ne parait indiquer que ce soit l’?uvre d’la jeune soeur. Interroge concernant l’opportunite que d’autres individus disposent des mots de passe du compte Facebook de Delphine Jubillar, Philippe Pressecq repond a franceinfo « qu’a priori » ce n’est jamais le cas.

Ce message n’est gui?re non plus l’?uvre de le mari, affirme son avocat, Jean-Baptiste Alary, a franceinfo. « Non, il n’est gui?re a l’origine de votre activite, ni volontairement, ni avec outpersonals maladresse », a-t-il souligne. « Cela n’a jamais acces au compte de Delphine et n’a pas de raison d’y avoir acci?s Du Reste. » Il revient desormais a la brigade de gendarmerie toulousaine d’elucider votre mystere.

Sur quelles bases travaillent les enqueteurs ?

La disparition de Delphine Jubillar fut signalee le 16 decembre au petit matin via le mari, Cedric Jubillar. Le couple, marie depuis 2013, occupe une maison de briques rouges, inachevee, rue Yves-Montand, dans un lotissement de Cagnac-les-Mines, avec leurs deux enfants de 6 annees et 18 mois. Leur tante « pourrait etre part seule a pied dans la nuit » et « c’est au petit matin que le mari se serait apercu que sa femme n’etait plus au domicile et a signale la disparition », avait indique le procureur d’Albi, Alain Berthomieu.

Selon ses declarations a toutes les enqueteurs, Cedric Jubillar a mange se coucher vers 23 heures. Le epouse, en conges cette semaine-la, a l’habitude de veiller prochainement en raison des horaires de nuit a la clinique Claude-Bernard d’Albi. Le couple, en instance de divorce a la demande d’une jeune femme, fait des fois chambre a part. Reveille via un des enfants, le pere aurait constate l’absence de sa femme par 4 heures, quand leurs chiens seraient revenus sans elle au domicile. Faute de pouvoir la joindre, il alerte des gendarmes a 6 heures.

Delphine Jubillar serait partie vetue de sa doudoune blanche, sans papiers ni argent, mais avec son telephone portable. Celui-ci a cesse de borner plusieurs heures apres le signalement de une disparition, a 2 km du domicile.

Suivant les renseignements de franceinfo, 1 seul temoignage, celui d’une voisine agee, retourne « avec prudence » par des enqueteurs, corroborerait ces elements. Selon une telle femme, l’infirmiere serait part a pied avec ses deux chiens entre 23 heures et 4 heures du matin.

Quelles investigations ont ete menees ?

Depuis la disparition d’la jeune femme, de multiples moyens ont ete engages pour la retrouver, en vain. Les gendarmes locaux ont promptement recu l’assistance de leurs collegues d’une section de recherches de Toulouse, puis de la equipe pluridisciplinaire du pole judiciaire de la gendarmerie, a Pontoise (Oise), avec notamment l’intervention d’ experts de l’ Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale.

Des le 16 decembre, des gendarmes ont mene une operation de ratissage via votre terrain situe en contrebas d’la maison des Jubillar, de l’autre cote une rue, a J’ai recherche tout d’un eventuel objet (comme un bijou) qui pourrait constituer un indice. Les enqueteurs ont sonde lacs et rivieres jusqu’a plusieurs dizaines de kilometres du domicile, notamment avec des drones et des plongeurs. Ils ont mene des battues au sein des champs et les bois autour du village, aides par des volontaires venus de tout le departement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.